GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum GARABANDAL, la Voie du Salut
Apparitions de la Sainte Vierge de 1961 à 1965
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion

Des fidèles de la FSSPX écrivent à Mgr Fellay

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum -> ACTUALITE -> EGLISE et CONTRE-EGLISE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pèlerin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 4 414
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 16:32 (2012)    Sujet du message: Des fidèles de la FSSPX écrivent à Mgr Fellay Répondre en citant

Sur le forum nous postons les informations concernant la FSSPX, les échos qui nous viennent d'Amérique, d'Angleterre, etc. Mais partout ailleurs, les Français restent bien silencieux - silence approbateur ?!
Sur les forums de la Tradition (forum catholique, forum Fecit, etc).... pas un mot ! la moindre contradiction est censurée. La plupart de leurs inscrits applaudissent le ralliement à venir, sans s'inquiéter du devenir de l'Eglise, de la Tradition, des prêtres, des prieurés.... Navrant de voir un tel degré de bêtise, d'aveuglement... tel un troupeau de moutons !

En Angleterre, des fidèles ont écrit une lettre à Mgr Fellay. (lettre écrite en la fête de St Yves).
Magnifique courrier trouvé sur : http://wordpress.catholicapedia.net/


Une Lettre Ouverte à Monseigneur Fellay 
de la part de quelques fidèles inquiets du District Anglais.
Le 19 Mai 2012 
Votre Excellence Mgr Fellay,Nous venons à vous, dans un esprit de charité, afin de vous présenter certaines préoccupations. Nous souhaitons vous les adresser en tant que Supérieur Général de la FSSPX.
Depuis un moment déjà nous entendons parler d’un arrangement pratique avec Rome. Nous sommes préoccupés par le danger potentiel que cela pourrait poser à l’intégrité de la foi, notre foi, la foi de nos enfants et de nos petits-enfants.

Les intentions de Rome autour un accord de la FSSPX
Plusieurs ecclésiastiques de haut rang de la FSSPX (abbé Pfluger, abbé Schmidberger, et d’autres) ont déclaré que Rome est prête à donner « carte blanche » à la FSSPX – en d’autres termes, à accepter la FSSPX telle qu’elle est, sans aucun compromis. Cependant, en contradiction de cela, nous avons les déclarations publiées par plusieurs membres de l’Autorité Romaine, y compris le porte-parole de la salle de presse du Vatican, qui précisent qu’ils considèrent cela comme une acceptation de la nouvelle religion de “Vatican II” par la FSSPX, dans le but d’un « retour à Rome ». Dans un même temps, nous sommes avertis de ne prêter aucune attention aux rumeurs. Depuis, il y a une contradiction entre les deux versions de ce qui est offert à la FSSPX, et puisque l’annonce de presse du Vatican n’est pas une rumeur, devons-nous conclure que nous ne devons prêter aucune attention aux déclarations de l’abbé Pfluger, par exemple ?

Votre propre position concernant le Concile
Nous sommes également scandalisés par vos récentes remarques publiées à travers le monde par CNS :
« [Grâce aux discussions doctrinales avec Rome], nous voyons que beaucoup de choses que nous aurions condamnées comme étant du Concile ne sont en fait pas du Concile »
… Et :
« Le pape dit que le Concile doit être replacé dans la grande Tradition de l’Église … ce sont des déclarations avec lesquelles nous sommes complètement, entièrement, absolument d’accord. » (CNS, mai 2012)
Nous tenons à souligner que, lorsque vous dites « nous », vous ne parlez pas pour nous. En outre, nous nous demandons comment vous pouvez concilier cette idée que le Concile n’a rien enseigné de faux, mais plutôt a été mal interprété, avec les mots de Mgr Lefebvre (dans son livre « Ils l’ont découronné », par exemple), ou même avec vos propres déclarations d’il n’y a pas si longtemps, telles que :
« Ratzinger devrait se préparer à une révision directe des textes du Concile, et pas seulement dénoncer leur herméneutique incorrecte (interprétation) » (CNA, 30 Oct. 2007)
On nous exhorte, dans certains milieux, à faire preuve de loyauté, d’obéissance et d’unité. Laissant de côté la mémoire embarrassante de la façon dont ces mêmes mots ont été utilisés pour faire taire l’opposition aux enseignements conciliaires et la Nouvelle Messe il y a 40 ans, nous nous sentons obligés de demander – à quel Évêque Fellay devons-nous obéir ? Le Mgr Fellay de 2007 qui pense que le Concile Vatican II doit être révisé, ou le Mgr Fellay de 2012 qui pense que Vatican II a simplement été mal interprété et doit être accepté ? En outre, quel Mgr Fellay est le plus conforme à l’exemple de Mgr Lefebvre ?

Votre attitude envers Benoît XVI
Nous devons aussi admettre avoir été consternés, pour ne pas dire plus, au sujet de vos récentes déclarations au sujet de Benoît XVI. Il a été dit que personne dans la FSSPX n’a le droit de refuser si le pape insiste sur un accord canonique. Vous avez vous-même parlé de lui en tant que notre chef de file dans la lutte pour la Tradition :
« Mais nous ne sommes pas les seuls à travailler pour défendre la Foi … C’est le pape lui-même qui le fait, c’est son métier. Et si nous sommes appelés à aider le Saint-Père, alors ainsi soit-il. »
Pouvons-nous vous rappeler que c’est le même homme (le cardinal Ratzinger) envers lequel Mgr Lefebvre n’avait aucune confiance, en 1988 ? Que c’est le même homme qui a professé des hérésies qu’il n’a jamais rétractées, ce que Mgr Tissier de Mallerais a souligné à plusieurs reprises ? Que dans l’esprit de ce même Benoît XVI, l’idée de « défendre la foi » semble inclure la non-existence des limbes, la possible probité morale de la contraception lorsqu’elle est utilisée par les dépravés ; il semble également croire que la conversion, le baptême ou la confession du Christ ne sont pas nécessaires pour que les juifs soient sauvés ?
Une personne aussi importante que vous-même n’est normalement pas ignorante de ces choses, est-ce que c’est déraisonnable pour nous de conclure que vous négligez consciemment et délibérément l’enseignement hétérodoxe et la direction de Benoît XVI ? Le site Internet du District des États-Unis de la FSSPX diffuse actuellement un article visant à démontrer que, suivant l’exemple de saint Basile de Césarée, l’attitude correcte des catholiques face à l’hétérodoxie et l’hérésie dans les hautes sphères est celle du silence face à l’apostasie, afin de s’entendre avec les apostats. Nous ne pouvons pas imaginer une seule minute que Mgr Lefebvre aurait accepté cela, ni qu’il aurait toléré qu’une telle idée soit enseignée un seul instant dans sa Fraternité Saint-Pie X.
Encore une fois, nous constatons qu’en restant fidèles à l’héritage du grand Archevêque, fidèles à la Tradition Catholique, nous sommes placés en désaccord avec vous et votre leadership. Nous n’avons ni souhaité, ni demandé cela : vous en êtes la cause et vous avez aussi la solution. Quel que soit le résultat, nous ne serons pas de ceux qui changeront. Nous resterons fidèles à la Tradition, quelles que soient les conséquences.

Rumeurs, informations, franchise et honnêteté
Enfin, nous tenons à exprimer notre très vive préoccupation, qu’au milieu de cette tourmente, au milieu de ce qui semble être un grand bouleversement affectant la FSSPX, et donc chacun d’entre nous, et par voie de conséquence, l’avenir de la Tradition et de l’Église tout entière, il apparaisse y avoir une réticence de la part de la direction de la FSSPX de donner l’information dans un esprit d’honnêteté et de franchise.
On nous dit d’une part que nous ne devons prêter aucune attention aux rumeurs ou aux potins d’Internet mais seulement prêter attention à l’information qui nous vient des sources officielles de la FSSPX. D’autre part, lorsque des faits solides viennent à la lumière (comme la lettre des trois Évêques, ou votre récent entretien avec CNS, ou le communiqué de presse du Vatican au sujet de la Fraternité Saint Pie X), nous sommes censés ne pas regarder cela non plus.
D’une part, on nous dit que nous devrions seulement obtenir nos informations des organes officiels de la FSSPX (DICI, SSPX.org, PIUS.info, etc.). D’autre part, ces mêmes organes de presse (DICI, SSPX.org, PIUS.info) ont manifestement caché à leurs lecteurs des faits qui n’aident pas à la cause qu’ils essaient de défendre (à savoir, l’argument en faveur de l’atteinte d’un accord pratique avec Rome). Nulle part sur DICI.org, ou sur SSPX.org, ou sur PIUS.info on ne trouvera les communiqués de presse récents du Vatican, ni aucune référence au fait qu’une grande proportion des Évêques, prêtres et fidèles de la FSSPX – que nous croyons être la majorité – serait contre l’idée d’un accord pratique avec Rome.
Nous sommes réprimandés pour la lecture de ce qu’on appelle une « correspondance privée », alors que notre seul désir est de mettre un terme à la rumeur en nous tenant au courant des faits. La lettre que les trois Évêques de la FSSPX vous ont envoyée le mois dernier ne contenait aucune information personnelle, et traitait uniquement des questions d’intérêt public affectant l’avenir de la FSSPX ; par conséquent, il est donc quelque peu malhonnête de la qualifier de « correspondance privée ». Qui plus est, il semble y avoir deux poids, deux mesures en permettant aux clercs qui sont en faveur de parvenir à un arrangement pratique d’exprimer leurs opinions personnelles en chaire, tout en exigeant en même temps le silence absolu de ceux qui sont contre un tel arrangement. Nous estimons donc que nous avons le droit de faire à la fois, la lecture et la diffusion de cette lettre à d’autres fidèles Catholiques, qui comme nous, sont inquiets pour l’avenir de la FSSPX, et qui pourraient se sentir seuls et déconcertés.
Bref, si Votre Excellence souhaite que les fidèles se fient à la direction de la FSSPX, si les fidèles de la FSSPX sont exhortés à ne pas faire attention aux rumeurs, alors nous pensons que vous devez prendre des mesures pour dissiper le climat actuel de crainte et de méfiance, et permettre à toutes les opinions sur la question d’être exposées ouvertement, que toutes les informations (à savoir par exemple, si la Rome d’aujourd’hui s’est convertie de son Modernisme) puissent être diffusées ouvertement. C’est dans un esprit d’honnêteté et de franchise que nous vous écrivons cette lettre, dans une vraie inquiétude pour l’avenir de la Tradition dans le monde entier.

L’avenir de la FSSPX et l’avenir de la Tradition
Quand vous êtes devenu Supérieur Général, en 1994, vous avez hérité d’une Fraternité Saint-Pie X qui était fortement unie, fervente, pieuse et détachée de ce monde ; qui savait ce qu’elle représentait et pourquoi elle avait été faite et qui avait une vision claire d’où elle allait. Notre Seigneur a confié cette société entre vos mains. S’Il vous demandait maintenant de rendre compte de ce que vous avez fait avec cette même Société, que seriez-vous en mesure de Lui montrer ? Quelle sorte de Société légueriez-vous à votre successeur ?
Il est très clair pour nous que Rome ne s’est pas convertie, que Rome est ancrée dans la Modernité comme jamais. Ce qui n’est pas clair pour nous, c’est ce que font les dirigeants de la FSSPX ou pourquoi ils le font – votre propre attitude, vos croyances ou vos motivations. Mgr Lefebvre nous a admirablement bien enseigné, tant par ses écrits que dans l’exemple personnel qu’il a donné au monde, que le devoir des Catholiques n’est pas simplement de croire d’une manière passive. C’est aussi l’apostolat, convertir le monde, montrer et dénoncer l’erreur quand ils la voient. En son temps, Mgr Lefebvre a dénoncé les diverses erreurs répandues par les autorités de l’Église, y compris le Pape. Il a fondé la Fraternité Saint Pie X non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen vers une fin : la fin étant la continuation de la Tradition et la dénonciation de l’erreur. Il n’a pas fondé la FSSPX dans le but qu’elle « … ne soit pas provocatrice [ou] agressive », pour reprendre vos récentes paroles. Nous sommes perplexes et consternés de voir que certains membres de la FSSPX semblent voir un motif, une fin, qui surclasse celui de la prédication de la Vérité, de dénoncer l’erreur, et être ainsi enclins à rester silencieux face aux nombreuses erreurs et aux démons de notre époque.
C’est notre fervent espoir que l’avenir de la FSSPX et l’avenir de la Tradition soient, comme autrefois, la même et unique chose. Quel qu’en soit le cas cependant, nous ferons tout en notre pouvoir pour croire et propager la Vérité, pour dénoncer l’erreur, et, ce faisant, pour demeurer fidèle à Notre Seigneur et à Son Église, à la Tradition, et à l’héritage de Mgr Lefebvre : quel qu’en soit le prix, et même si Votre Excellence choisit de nous abandonner ou de rester avec nous.
Saint-Pie X, ora pro nobis !
_________________
http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 30 Mai - 16:32 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vincent
Ecrivain de Garabandal

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2011
Messages: 2 868
Masculin

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 20:09 (2012)    Sujet du message: Des fidèles de la FSSPX écrivent à Mgr Fellay Répondre en citant

Les âmes qui se réjouissent aujourd'hui de cet inévitable ralliement ni ne savent pourquoi, ni ne peuvent dire pourquoi elles font partie de la FSSPX.
Car si tel était le cas, elles s'opposeraient farouchement à une telle issue.

Pour ces âmes tièdes adeptes des compromissions de toutes natures, l'heure est donc à la politique, au subjectif, à la libre pensée, au règne des points de vue... mais en aucun cas à une réflexion Doctrinale, à la fidélité aux principes.
C'est à cela qu'on reconnait un esprit libéral, à l'absence de principes.
Pour ces âmes qui se fient à l'homme plutôt qu'à Dieu, tout est acceptable, pourvu que cela ne demande pas trop d'effort, nulle résistance, la moindre des souffrances... pourvu que le confort ambiant ne soit pas troublé, que ce soit dans l'air du temps,  conforme à l'avis des puissants, et peu importe au fond que le "bien" ne soit qu'apparent, notamment à travers la vision naïve d'une poignée de mains scellant l'accord d'une double trahison.

Ceux de la secte romaine ne sont-ils pas satisfaits de leur sort pour envier ainsi la Fraternité ?
Que motive leur volonté de ralliement ?
Le goût perdu de la Vérité?
Une sincère repentance après 50 ans d'apostasie ?
Ou s'agit-il plutôt de la haine de la différence si chère aux modernistes, de l'insupportable idée qu'il existe, hors de contrôle, des milliers de fidèles à la Vérité tant honnie, regroupés et réunis en une Fraternité ?

Peut-on croire en l'esprit charitable de ces gens-là, pleins de compassion pour les "égarés d'Ecône", c'est à dire pour tous les vrais fidèles à l'oeuvre de Mgr Lefebvre et bien évidemment, au Dogme de la Foi Catholique ?
Allons bon !
Quelle naïveté de croire pouvoir garder toute son intégrité une fois plongé dans le maelström de la curie romaine.
Quelle utopie de croire être en mesure de redonner l'amour de la Vérité aux hérétiques conciliaires.
Qui a vu la grenouille manger le bœuf ?
_________________
http://lepontdusalut.over-blog.com/
Revenir en haut
Vincent
Ecrivain de Garabandal

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2011
Messages: 2 868
Masculin

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 14:50 (2012)    Sujet du message: Des fidèles de la FSSPX écrivent à Mgr Fellay Répondre en citant

Lettre à M. l’abbé de la Rocque (30 mai 2012)Suite à la démarche accomplie auprès de M. l’abbé de la Rocque le 19 mai dernier, lui demandant de réparer des calomnies, n’ayant pas reçu de réponse à la protestation qui lui a été adressée, voici une réponse publique pour éclairer les âmes de bonne volonté et témoigner de la foi.Le 30 mai 2012

Octave de la Pentecôte
(sainte Jeanne d’Arc)
Abbé Philippe GUÉPIN
Chapelle du Christ-Roi
98, rue d’Allonville
44000 NANTES
Tél. : 02.40.29.32.39
Port. : 06.08.78.90.18
Monsieur l’Abbé P. de La ROCQUE
25, rue François Bruneau
44000 NANTES
Monsieur l’Abbé,
Vendredi soir, 18 mai, à 22 heures, mes confrères et moi-même avons écouté l’enregistrement de votre conférence donnée dans la chapelle de votre prieuré, ce même soir à 20h30.
Je ne m’appuie donc pas sur des rumeurs, des ragots, ou des affirmations gratuites. Dieu sait combien cela circule aujourd’hui… Je m’appuie sur vos propos annoncés, programmés, et prononcés publiquement.
Monsieur l’Abbé, une fois de plus, vous auriez mieux fait de vous taire. La confusion doctrinale entretenue par Mgr Fellay est telle que vous n’avez pas besoin d’en rajouter. Surtout depuis la publication des deux lettres échangées entre les quatre évêques.
Vous avez épilogué longuement, et sur un ton doctoral, sur les différents avis et les divergences des évêques au sein de la f.s.s.p.x., faisant des distinctions savantes : « Ces divergences compréhensibles ne sont pas des divisions… Évitons de faire de certaines divergences des divisions » Et enfin :
« On a droit aux différences,
on a droit aux divergences,
on n’a pas droit aux divisions. »
On pourrait ajouter, dans le même état d’esprit,
on a droit à la liberté de pensée,
on a droit à la liberté religieuse !

 
Ceci pour vous mettre en phase avec les modernistes en place au Vatican, auprès desquels vous espérez obtenir quelque reconnaissance canonique.
Non, ce n’est pas sérieux !
Mais il y a beaucoup plus grave, et c’est pour cela que je vous ai demandé cette rectification publique qui n’a pas été faite. Vous avez osé affirmer :
« La f.s.s.p.x. refuse-t-elle le magistère suprême de l’Église ?
La f.s.s.p.x. reconnaît ce magistère, et n’est donc pas sédévacantiste. »
Vous êtes tellement préoccupé de vous démarquer des prêtres cohérents dans le combat de la foi — que vous surnommez « sédévacantistes » (ceci pour vous faire valoir auprès des modernistes) —, que vous avez insisté sur cette affirmation calomnieuse : « La différence entre le sédévacantisme et la f.s.s.p.x., c’est la reconnaissance du magistère suprême de l’Église. »
Monsieur l’Abbé, je ne puis laisser passer l’outrage que vous faites ainsi à un grand nombre de prêtres qui ont mené le bon combat de la foi, sans aucune compromission avec le modernisme en place. Souvenez-vous de nos morts que vous insultez par vos dires : les RR. PP. Barbara, Vinçon, Gaillard, Guérard des Lauriers, Ménard (de Redon), Rayneau, MM. les abbés Moureaux (de Nancy), Bovadilla, Saffré, Sockel (de Tréfounteniou), Vérité, Maury, Schoonbroodt… Voici une partie de ces valeureux combattants de la première heure. Ils ont tous soutenu Mgr Lefebvre jusqu’au début septembre~1976 (date de la première démarche de conciliation de Mgr Lefebvre avec les modernistes en place). Et tous, j’en suis témoin, refusaient de citer le chef des modernistes au canon de la sainte Messe. Ils avaient la même attitude doctrinale que nous avons aujourd’hui. Honneur à eux !
En effet, un prêtre ne peut ni ne doit nommer Benoît XVI au canon de la Messe ; s’il le fait:
  • il fait l’acte d’allégeance le plus solennel à Benoît XVI, et reconnaît en son œuvre celle de Jésus-Christ ;
  • il proclame publiquement son adhésion à une fausse règle de foi, dans l’acte même du mystère de la foi, et se compromet avec une fausse religion;
  • ou — s’il estime que la mention de Benoît XVI n’est qu’une parole sans portée qui ne correspond à rien — il profane par son mensonge ce qu’il y a de plus précieux dans l’Église: le canon de la Messe.

Nous nous heurtons à une double impossibilité:
  • d’une part, constater les actes scandaleux de Benoît XVI, et, en même temps, affirmer qu’il est pape, vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ ;
  • d’autre part, affirmer que Benoît XVI est pape — et donc revêtu de l’autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ — et, en même temps, lui résister habituellement, et agir en dehors de lui pour la confection et la distribution des sacrements : c ‘est cela le schisme !

Votre propos est particulièrement malhonnête et hypocrite. Vous nous accusez de ne pas reconnaître le magistère suprême de l’Église, alors que vous savez parfaitement que notre attitude et notre refus de toute compromission doctrinale face au modernisme en général, et aux modernistes en place dans les postes de gouvernement de l’Église, c’est précisément notre attachement sans faille au magistère suprême de l’Église catholique, la seule et unique arche de salut dont Notre-Seigneur Jésus-Christ est le chef, certes invisible, mais toujours présent…
Vous vous gardez bien, Monsieur l’Abbé, de faire la distinction qui s’impose ici en matière grave. Vous entretenez le flou, la confusion, le trouble entre l’Église catholique et la contre-église issue de Vatican II ; entre le magistère suprême de l’Église, et le pseudo-magistère des pires ennemis de l’Église ; entre le Pape, vicaire du Christ, et le loup revêtu de peau de brebis, faux pasteur et « moderniste doctrinaire » [Mgr Lefebvre] qui occupe le siège de Pierre.
Vous trompez les fidèles et les entretenez dans le plus grand désarroi. Vous êtes un aveugle qui conduisez des aveugles… Vous reconnaissez le magistère de l’Église — dites-vous —, et vous affirmez : « Le droit canonique de 1983 [de J.P. II] n’est pas l’expression de la loi de l’Église » ! Or, vous savez très bien que le droit canonique est précisément une très grande partie de la loi de l’Église. Tout le monde ne se moquerait-il pas de celui qui dirait que le Code civil n’est pas l’expression de la loi en France ? Or le Code de droit canon est précisément pour l’Église ce que le Code civil est pour la France…
Auriez-vous tenu le même langage à propos du droit canonique rédigé sous le pontificat de saint Pie X et promulgué sous son successeur le pape Benoît XV ? Certainement non ; parce que, là aussi, il faut distinguer entre la loi de l’Église — qui nous oblige gravement — et les législations frauduleuses et malhonnêtes de prévaricateurs modernistes.
Vous affirmez que la f.s.s.p.x. reconnaît le magistère suprême de l’Église, et, dans le même temps, vous refusez le concile, la messe et les sacrements de celui que vous reconnaissez comme le pape. L’un de vos confrères de Saint-Nicolas-du-Chardonnet affirme ne pas être en communion avec Benoît XVI, mais il le nomme au canon de la Messe parce que, dit-il, c’est le Pape ! Un autre de Strasbourg affirme dans son bulletin que l’on doit résister habituellement et continuellement à l’autorité légitime de l’Église ! Cela, Monsieur l’Abbé, c’est du protestantisme ! Ces prêtres de la f.s.s.p.x. ne reconnaissent pas le magistère suprême de l’Église, ils s’en moquent !
Monsieur l’Abbé, j’espère que cette lettre va vous ouvrir les yeux et vous convaincre que vous ne pouvez plus dire n’importe quoi, ni caricaturer le combat doctrinal mené par un bon nombre de prêtres convaincus que nous sommes orphelins d’autorité légitime jusqu’au plus haut sommet de l’Église.
Même Mgr  l’a affirmé, ainsi :
  • dans sa déclaration du 21 novembre 1974 : « Nous refusons, par contre, et avons toujours refusé, de suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante qui s’est manifestée clairement dans le concile Vatican II et, après le concile, dans toutes les réformes qui en sont issues » ;
  • dans sa lettre du 29 août 1987 aux futurs évêques [[i]Fideliter[/i] 29-30/06/1988] : « La Chaire de Pierre et les postes d’autorité de Rome étant occupés par des antichrists… » (Notez bien que parmi les premiers visés par Mgr Lefebvre se trouve un certain Joseph Ratzinger !)

Manifestement ces textes — et combien d’autres — de votre fondateur vous dérangent, et vous ne voulez pas que les fidèles en prennent connaissance, allant jusqu’à poursuivre en justice M. Saglio, directeur des Éditions Saint-Rémi, pour le seul et unique motif qu’il a osé publier l’intégralité des sermons de Mgr  sans aucune censure. Cela, ce n’est pas de Dieu !
Auriez-vous oublié la déclaration publiée une semaine après les sacres, et signée par tous les supérieurs de la f.s.s.p.x., que vous trouverez en annexe ? Pensez-vous que ces mêmes prêtres la signeraient aujourd’hui ? La réponse est facile : ils se sont parjurés. Honte à eux !
Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’antéchrist (Notre-Dame à La Salette).
Monsieur l’Abbé, vous devez être bien malade, torturé dans votre intelligence et votre conscience, face aux déclarations de votre supérieur général.
Permettez-moi de vous recommander un remède efficace pour retrouver la paix, même dans l’adversité. Que votre oui soit oui, que votre non soit non. Ne trafiquez pas la vérité ; confessez la foi catholique sans détour, sans chercher à plaire à ceux qui refusent cette foi catholique. Car, pour convertir les modernistes, il faut confesser la foi telle qu’elle est, et non pas les imiter en la trafiquant, pour qu’ils l’accommodent à leur tour au monde…
Obéissez à l’enseignement de l’Église — à tout l’enseignement de l’Église — et méprisez Vatican~II, ses pompes et ses œuvres. Nous n’avons pas à rendre compte aux modernistes, condamnés solennellement par la sainte Église, mais à Dieu, notre souverain législateur.
On ne fait pas de diplomatie en matière doctrinale.
Dans ce siècle d’apostasie et d’infidélité, on ne peut pas accepter les demi-mesures, les faux-fuyants, les dérobades, les catholiques de pacotille. On a besoin de soldats du Christ. Saint Pie~X l’affirmait en pleurant : « Les ennemis de l’Église triomphent à cause de la pusillanimité des catholiques. »
Vous ne pouvez servir deux maîtres [Mt. vi, 24].
Vous devez aimer la sainte Église et lui obéir, d’une part, et, d’autre part, vous devez haïr la contre-église de Vatican II et exécrer son prétendu magistère.
Ainsi que le dit saint~Pierre, vous devez répondre de l’espérance qui est en vous [I Petr. iii, 15].
Monsieur l’Abbé, vous devez témoigner de la foi sans détour, sans compromission, pour l’honneur de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Pendant ce temps de la Pentecôte, je prie le Saint-Esprit de vous éclairer, vous et vos confrères, de vous rendre forts dans la foi et remplis de ce feu sacré qui animait saint~Paul face à la haine des Juifs.
Je n’oublie pas au saint autel mes confrères dans le sacerdoce, confrontés à cette décision crucifiante mais nécessaire pour rester fidèles à la sainte Église, notre Mère, la seule et unique arche de salut.
Avec mes sentiments respectueux in Christo rege.
Abbé Philippe Guépin
Copies à : Messeigneurs Fellay, Williamson, Tissier de Mallerais, de Galarreta, ainsi qu’à M. l’abbé de Cacqueray.
Pièce(s) jointe(s) : Lettre ouverte du 6 juillet 1988, publiée en pages 11 et 12 du Fideliter n.\,64 de juillet-août 1988.


Annexe
Lettre ouverte
A son Eminence le cardinal GANTIN
Préfet de la Congrégation des Evêques
Eminence,
Réunis autour de leur Supérieur général, les Supérieurs des districts, séminaires et maisons autonomes de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, pensent bon de vous exprimer respectueusement les réflexions suivantes.
Vous avez cru devoir, par votre lettre du 1 er juillet passé, faire savoir à Son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre, à Son Excellence Monseigneur Antonio de Castro Mayer et aux quatre évêques qu’ils ont consacrés le 30 juin dernier à Ecône, leur excommunication latae sententiae. Veuillez vous-mêmes juger de la valeur d’une telle déclaration venant d’une autorité qui, dans son exercice, rompt avec celle de tous ses prédécesseurs jusqu’au pape Pie XII, dans le culte, l’enseignement et le gouvernement de l’Eglise.
Pour nous, nous sommes en pleine communion avec tous les papes et tous les évêques qui ont précédé le Concile Vatican II, célébrant exactement la messe qu’ils ont codifiée et célébrée, enseignant le catéchisme qu’ils ont composé, nous dressant contre les erreurs qu’ils ont maintes fois condamnées dans leurs encycliques et leurs lettres pastorales. Veuillez donc juger de quel côté se trouve la rupture. Nous sommes extrêmement peinés de l’aveuglement d’esprit et de l’endurcissement de cœur des autorités romaines.
En revanche, nous n’avons jamais voulu appartenir à ce système qui se qualifie lui-même d’Eglise conciliaire, et se définit par le Novus Ordo Missae, l’œcuménisme indifférentiste et la laïcisation de toute la Société. Oui, nous n’avons aucune part, nullam partem habemus, avec le panthéon des religions d’Assise ; notre propre excommunication par un décret de votre Eminence ou d’un autre dicastère n’en serait que la preuve irréfutable. Nous ne demandons pas mieux que d’être déclarés
ex communione de l’esprit adultère qui souffle dans l’Eglise depuis vingt-cinq ans, exclus de la communion impie avec les infidèles. Nous croyons au seul Dieu, Notre Seigneur Jésus-Christ, avec le Père et le Saint-Esprit, et nous serons toujours fidèles à son unique Epouse, l’Eglise Une, Sainte, Catholique, Apostolique et Romaine.
Etre donc associés publiquement à la sanction qui frappe les six évêques catholiques, défenseurs de la foi dans son intégrité et son intégralité, serait pour nous une marque d’honneur et un signe d’orthodoxie devant les fidèles. Ceux-ci ont en effet, un droit strict à savoir que les prêtres auxquels ils s’adressent ne sont pas de la communion d’une contrefaçon d’Eglise, évolutive, pentecôtiste, et syncrétiste. Unis à ces fidèles, nous faisons nôtres les paroles du prophète (1 Rois, 7, 3) : Preparate corda vestra Domino et servite Illi Soli : et liberabit vos de manibus inimicorum vestrorum. Convertimini ad Eum in toto corde vestro, et auferte deos alienos de medio vestri. « Attachez fermement votre cœur au Seigneur et servez-le Lui Seul : et II vous délivrera des mains de vos ennemis. C’est de tout votre cœur que vous devez revenir à Dieu ; ôtez du milieu de vous les dieux étrangers ».
Confiants dans la protection de Celle qui a terrassé toutes les hérésies dans le monde entier, nous vous prions d’agréer, Eminence, l’assurance de notre dévouement à Celui qui est l’unique voie de salut.
A Ecône, le 6 juillet 1988
Suivent les signatures du Supérieur général, de tous les Supérieurs de districts de séminaires et maisons autonomes de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X dans le monde entier :
M. l’abbé Franz Schmidberger, supérieur général, MM. les abbés Paul Aulagnier, supérieur du district de France, Franz-Joseph Maessen, supérieur du district d’Allemagne, Edward Black, supérieur du district de Grande-Bretagne, Anthony Esposito, supérieur du district d’Italie, François Laisney, supérieur du district des Etats-Unis, Jacques Emily, supérieur du district du Canada, Jean-Michel Faure, supérieur du district du Mexique, Gérard Hogan, supérieur du district d’Australie et Nouvelle-Zélande, Alain Lorans, directeur du séminaire d’Ecône, Jean-Paul André, directeur du séminaire de Flavigny, Paul Natterer, supérieur du séminaire de Zaitzkofen, Andrés Morello, supérieur du séminaire de La Reja, William Welsh, directeur du séminaire de la Sainte-Croix en Australie, Michel Simoulin, recteur de l’Institut Saint-Pie X à Paris, Patrice Laroche, sous-directeur du séminaire d’Ecône, Philippe François, supérieur de la maison autonome de Belgique et du Luxembourg, Roland de Mérode, supérieur de la maison autonome des Pays-Bas, Georg Pfluger, supérieur de la maison autonome d’Autriche, Guillaume Devillers, supérieur de la maison autonome d’Espagne, Philippe Pazat, supérieur de la maison autonome du Portugal, Daniel Couture, supérieur de la maison autonome d’Irlande, Patrick Groche, supérieur de la maison autonome du Gabon, Franck Peek, supérieur de la maison autonome d’Afrique australe.


Source : http://notredamedesdons.net/2251/lettre-a-m-labbe-de-la-rocque-30-mai-2012


_________________
http://lepontdusalut.over-blog.com/
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:12 (2018)    Sujet du message: Des fidèles de la FSSPX écrivent à Mgr Fellay

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum -> ACTUALITE -> EGLISE et CONTRE-EGLISE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com