GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum GARABANDAL, la Voie du Salut
Apparitions de la Sainte Vierge de 1961 à 1965
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion

C'est la guerre ! (l'Abbé Chazal de la FSSPX)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum -> ACTUALITE -> EGLISE et CONTRE-EGLISE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pèlerin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 4 414
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Juin - 18:54 (2012)    Sujet du message: C'est la guerre ! (l'Abbé Chazal de la FSSPX) Répondre en citant

http://catholicapedia.net/pages_html/2012-05-26_Ab.Chazal-FSSPX_WAR-ON_FR.h…


Avant lecture du sermon, quelques précisions de l'Abbé Chazal :

« Pour mon sermon que j’ai prêché dans l’Église de Notre Dame des Victoires à Manille, je suis maintenant interdit d’aller prêcher au Japon, en Corée et Manille.

Je ne sais pas si je devrais acheter moi-même mon billet d’avion pour les États-Unis (pour mon prochain voyage en Août).
Il m’est interdit d’entrer aux États-Unis sur les ordres de l’abbé Rostand.
Dr. Kim en Corée est une femme de combat ; et déjà les fidèles japonais rejettent l’accord, tout comme ceux de Corée.
Je pouvais compter sur 800 personnes pour le pèlerinage de Bohol aux Philippines ; et j’ai à peine commencé.
Si vous voulez que je m’arrête, alors dites aussi à Notre-Dame de s’arrêter. »

Sermon de l'Abbé Chazal :

La semaine dernière, figurez-vous que je me suis réveillé réconcilié avec la Rome conciliaire… Pendant douze ans, j’avais cru que cela n’arriverait jamais, mais tandis que je dormais, la FSSPX avait procédé à son Vatican II, et ce sont à présent les fenêtres de la Fraternité qui, cédant au levier de la fausse obéissance, s’ouvrent à la Rome conciliaire.

Or, la Rome conciliaire doit être détruite, car pour nous, elle est Carthage. Nous n’avons rien de commun avec elle. Nous n’avons que faire d’une quelconque structure canonique en son sein, d’un quelconque accord pratique avec elle, d’un quelconque point de convergence doctrinale avec elle. Si Notre Dame a dit « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist », c’est que Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist, en dépit de toutes les beaux arrangements diplomatiques auxquels nous pourrions songer, avec l’aide de l’apparat pontifical et cardinal, des palais, des monuments sacrés, des soutanes pourpres et des cordons d’aube, du parler romain si feutré et des adroits efforts de réconciliation, de la permission de dire la Messe, des ornements de la tradition et des cacahuètes du cardinal Hoyos.

La Rome conciliaire, cela reste la mort, non pour nous qui ne l’avons pas rejointe, mais pour ces innombrables millions d’âmes qui, depuis cinquante ans maintenant, auraient pu aller au ciel en demeurant catholiques ou en entrant dans l’Église catholique.

Or, puisque ce qui nous est proposé est d’être directement sous les ordres du Pape (ce qui n’a du reste rien de nouveau, dans la mesure où cela fut toujours proposé à ceux qui ont fini recyclés dans le modernisme), examinons soigneusement celui à qui nous souhaitons nous fier : le Pape Benoît XVI, qui règne mystérieusement et validement sur l’église officielle.

Le Pape Benoît XVI, auparavant cardinal Ratzinger, est notre ennemi le plus constant, le plus rationnel, le plus méthodique, le plus organisé, le plus efficace. Il nous étudie depuis des dizaines d’années. Il a presque réussi à piéger Mgr Lefebvre en 1988. Tout en partageant la théologie hérétique des autres dirigeants hérétiques, il offre de lui-même une image parfaitement conservatrice et rassurante. L’homme n’a jamais jeté personne en prison ; il ne nous a jamais combattus avec une autre arme que sa plume (ainsi que sa voix douce et mélodieuse), et il a fort bien réussi. « Car le pouvoir de ces chevaux est dans leur bouche… » (Apoc. IX, 19).

« Mais, Monsieur l’Abbé, comment pouvez-vous condamner un tel homme, la tête même de l’église visible, d’une telle manière, a priori, sur un ton aussi véhément ? Pourquoi une telle dureté ? »

Toute condamnation a priori est certes répréhensible, mais si la condamnation vient après l’accumulation d’une véritable montagne de preuves passées et présentes, elle doit être forte. Un loup est un loup. Si c’est un loup, il pense comme un loup, agit comme loup, tue comme un loup.

Penser comme un loup : Après sa piètre formation de séminariste, l’abbé Ratzinger est devenu l’un des conseillers de Karl Rahner, qui fut peut-être le pire peritus(expert) de Vatican II. Il a livré le fond de sa pensée dans un ouvrage que j’ai lu et dont le titre est fort traditionnel : « Principes de théologie catholique ». Ce qu’il croit profondément, c’est qu’en matière de religion, il n’existe aucun principe stable, SI CE N’EST QU’ON NE PEUT ALLER TROP LOIN DANS LA MUTATION DES CONCEPTS DOGMATIQUES. Tous les esprits ne fonctionnant pas à la même vitesse, on a donc besoin d’un modernisme adaptable et à plusieurs vitesses. Pascendicondamnait le modernisme en deux dimensions ; or, Benoît XVI, c’est du modernisme en 3D.

Cet art consommé a séduit beaucoup de ses confrères modernistes, de sorte que le cardinal Ratzinger a fini par devenir l’architecte du Nouveau Catéchisme, de la Déclaration sur la justification, de la Déclaration de Balamand, de tout le projet d’Assise… Presque toutes les déclarations désastreuses du Pape Jean-Paul II lui sont imputables. Or, peut-on dire qu’il a changé d’avis aujourd’hui ? Pas le moins du monde, puisque en lisant son récent décret de « béatification » de Jean-Paul II, il a déclaré longuement que le principal signe de la sainteté de celui-ci était le Concile et l’application opiniâtre du Concile dans l’église pendant toute la durée de son pontificat.

Voilà pourquoi il importe tant de déterminer si Benoît XVI agit comme un loup non pas hier, mais aujourd’hui ; car la grande tentation est de croire que les choses ont changé et qu’il s’appuie vraiment sur nous au point de devenir presque l’un d’entre nous… Comme tout cela est beau et joyeusement optimiste, n’est-ce pas ?

Mais non ! Et au moins quatre fois non, c’est-à-dire eu égard à l’hindouisme, à l’islam, au judaïsme et au protestantisme.

Hindouisme : Lorsque j’étais à Bombay, aux alentours de 2006, j’ai lu ce que Benoît XVI avait à dire sur l’inculturation en Inde. Il la préconisait, quoique avec des réserves, ce qui pourrait sembler parfaitement traditionnel. Mais qu’en était-il de ces réserves ? Eh bien, ce qu’il reprochait aux évêques indiens, c’était de n’insérer que des éléments hindouistes dans le culte catholique, au lieu d’y faire entrer suffisamment de culture bouddhiste, ce qui – selon lui – était fort regrettable dans la mesure où la religion bouddhiste est née en Inde et où le bouddhisme est une grande religion…

Islam : Là encore, Benoît XVI n’a pas baisé le coran, car il aurait agi ainsi contre sa retenue bavaroise. Mais lorsqu’il a visité la mosquée d’Istanbul, il a retiré ses chaussures, s’est rendu au Mirhab, a joint ses mains dans la position musulmane, s’est tourné vers la Mecque et a prié avec les musulmans qui l’entouraient. Tout cela n’a duré que quelques minutes, et il ne l’a jamais refait depuis, mais on y retrouve une fois de plus le même type de comportement. Benoît XVI est un peu comme une bande de vidéo-surveillance : ennuyeux à regarder, sauf pour quelques horribles séquences.

Judaïsme : Le manque d’assiduité de Benoît XVI aux cultes païens et musulman est manifestement compensé par sa ferveur et son admiration pour la religion juive. Chaque année ou presque, le Pape se rend à la synagogue et y fait de longs discours dont il ressort essentiellement que « l’Ancienne Alliance est toujours valide et n’a pas été révoquée ».

Comment peut-on s’opposer de manière aussi explicite à la foi catholique et, en particulier, aux épîtres de saint Paul ? C’est gravissime, car l’œcuménisme dont Benoît XVI témoigne ainsi laisse entendre que le judaïsme est une religion au dessus de toutes les autres. Le choix du judaïsme est d’ailleurs judicieux, car cette fausse religion est précisément la pire de toutes dans la mesure où elle représente la négation intégrale et véhémente de la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Protestantisme : Ce qui précède ne saurait donner à entendre que Benoît XVI ne comprend pas la profonde spiritualité de Martin Luther. Et là encore, l’intéressé va plus loin que Jean-Paul II, puisqu’il entre dans le temple protestant en grand apparat pontifical (non pas seulement en soutane blanche) et qu’il y participe à la première partie de l’office protestant (rappelons-nous que Benoît XVI est un conservateur, c’est-à-dire seulement à moitié mauvais). Sa louange de Luther est profonde et détaillée, motivée sur les plans spirituel et théologique ; mais qu’attendre d’autre d’un Pape allemand ?

On ne doit pas perdre de vue qu’il est le premier Pape à s’être écarté de la doctrine catholique sur la contraception artificielle, à inviter des athées à la réunion de prière d’Assise, à rencontrer une femme « évêque » en habit féminin, à donner la communion à un protestant (le « frère » Roger, de Taizé), etc…

Sa récente interview intitulée « Le Sel de la Terre » trahit un esprit terriblement confus, incapable de nourrir des idées stables et d’admettre des dogmes fixes, un esprit sans foi selon ce qu’a écrit Mgr Tissier de Mallerais (dont le livre n’a pu être publié par Clovis pendant un certains temps à cause d’empêchements techniques et que ne traduira pas The Angelus, par respect pour les sensibilités du District américain). Benoît XVI s’attend toujours à un renouveau, en dépit des signes évidents de destruction. Il a accompli la prouesse d’écrire un livre sur Jésus sans mentionner une seule fois Sa divinité. Il est complètement sclérosé dans sa pensée, et c’est pourquoi toute discussion doctrinale avec ses experts étaient vouée à l’échec.

Tuer comme un loup : Lorsque quelqu’un fait montre d’une telle obstination dans ses idées, il n’y a aucune chance de le voir changer dans ses actions. Pour autant qu’on sache, Benoît XVI ne dit pas la vraie Messe. Un jour, il a dit une messe face à l’Orient dans la Chapelle Sixtine, mais a expliqué aussitôt après que c’était parce qu’il n’y avait pas dans celle-ci d’autel face au peuple ; il a ajouté que le texte qu’il avait récité était celui de la nouvelle messe, cette messe qui envoie tant d’âmes en enfer.

Le cardinal Ratzinger a pourtant dit la vraie Messe dans le passé, mais c’était pour créer la Fraternité Saint-Pierre (cette vaste antichambre où les prêtres subissent un recyclage avant d’être incardinés dans le diocèse local), ou encore à Fongoumbault, où il conduisit les réunions sur « la Réforme de la Réforme ».

Benoît XVI ne croit pas en la vraie Messe, qui n’est à ses yeux qu’une pièce de musée. Récemment encore, je lisais, dans l’avion, un article du Well Street Journalsur sa visite à Cuba. Chose très curieuse, Fidel Castro lui demanda, lors de leur rencontre, pourquoi l’Église avait dû modifier sa liturgie. Benoît XVI répliqua immédiatement : « pour le renouveau ». C’est là une réponse typique de moderniste acharné.

Son obstination dans l’erreur l’amène à soutenir toutes ces formations néo-chrétiennes et protestantes teintées de charismatisme, car elles créent l’idée fausse d’une restauration comme celle de l’Opus Dei, qui replonge ce qui reste de piété aux âmes dans l’égout collecteur de toutes les hérésies. Dans son genre, Benoît XVI est un génie.

Si vous voulez savoir qui commande, il vous faut aussi regarder qui il nomme, car gouverner, c’est déléguer. Les trois principales positions de l’église sont celles de Secrétaire d’État, de Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et de Préfet de la Congrégation pour les Évêques.

Le cardinal Bertone, Secrétaire d’État, est un délinquant notoire. Contrairement à Benoît XVI, c’est un moderniste avoué, comme ses célèbres prédécesseurs, les cardinaux Villot et Casaroli. Il a le mauvais caractère d’un Villot et l’esprit manœuvrier d’un Casaroli, et il veille au maintien de leur héritage, à savoir l’idée selon laquelle tous les gouvernements civils des pays catholiques doivent être séparés de l’Église et encouragés à agir selon les principes maçonniques. Les Dix Commandements de la Secrétairerie d’État sont les droits de l’homme fondés sur la dignité de la personne humaine. La paix mondiale exige donc qu’aucune mesure sérieuse ne soit prise pour mettre fin à la persécution des catholiques dans les pays antichrétiens – Chine, Russie et monde musulman – et que l’on sème discrètement la confusion dans les efforts de ceux qui veulent y rester catholiques.

Le cardinal Bertone a obtenu l’excommunication de notre bon ami, le Père Nicholas Gruner. On le connaît surtout pour l’enterrement du message de Fatima, bien que ce ne soit pas lui qui l’a manigancé en 2000, cette tâche ayant été accomplie par son maître, le cardinal Ratzinger.

Le personnage suivant est le cardinal Levada, ami proche et successeur du cardinal Ratzinger à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Il ne semble pas faire grande chose, mais un dossier vital a pourtant été posé sur son bureau : les relations avec la FSSPX… Et voyez comme il s’y prend bien pour nous réduire en miettes !

Nous ne connaissons guère le passé du cardinal Levada, et c’est dommage. Mais il fut évêque de San Francisco, où il y avait des paroisses pour les gays et lesbiennes ; c’est ce que nous ont dit nos fidèles de la région de la baie. On sait également qu’il a tenté de réintégrer le regretté abbé Heidt dans son diocèse, où l’intéressé aurait siégé en majesté, flanqué d’experts canoniques et de théologiens prêts à lui tirer dessus. Mais l’abbé Heidt ne s’en est pas laissé compter : « D’accord, je reviens ; vous pouvez me reprendre, mais à une condition »« Laquelle ? »« Je ne veux voir aucun prêtre gay dans ma paroisse et mes activités paroissiales »« Je regrette, monsieur l’abbé mais je ne peux que vous répondre non »« Alors, moi aussi », a rétorqué le vieux guerrier en quittant la salle. L’abbé Heidt a eu bien raison : que faisons-nous avec ces gens-là ?

Seules quelques personnes sont bien informées sur le cardinal Ouellet, Préfet de la Congrégation pour les Évêques. Comme les deux autres, celle-ci s’attache à maintenir l’Église dans sa désolation actuelle au sein de chaque diocèse comme à chaque autre niveau local. Car ce serait un désastre pour l’église du Novus Ordosi un seul de ses quatre mille évêques se révélait être entièrement traditionnel. Non seulement cela, mais la Congrégation en question veille à ce qu’aucun évêque issu de la mouvance Ecclesia Deine dise la vraie Messe. Et bien que l’on en trouve effectivement un à Campos, il doit essayer de gouverner ses fidèles sous la haute main d’un autre évêque, à savoir l’ordinaire officiel de Campos.

À examiner toutes les congrégations de moindre importance, on trouve dans chacune le même schéma de liquidation organisée de l’Église catholique. Pour plus de brièveté, je n’en mentionnerai qu’une : la Commission Ecclesia Dei. Tandis que la Rome conciliaire cherche à nous enlacer tendrement d’un bras (le cardinal Levada), le même mois et de l’autre bras (Mgr Pozzo), elle étrangle à mort l’Institut du Bon Pasteur. Ce dernier est en effet sommé de s’aligner sur Vatican II pour ses prêches, ses séminaires, la célébration occasionnelle de la nouvelle messe et une entière collaboration avec le diocèse local, contrairement aux assurances données cinq ans plus tôt. Comment pourrions-nous être tenus de croire que la Rome conciliaire ne formulera pas la même exigence d’ici cinq ou six ans vis-à-vis de la petite FSSPX, qui, paraît-il, croit pouvoir se marier avec l’église officielle sans perdre la virginité de sa Foi ?

Suite sur : http://catholicapedia.net/pages_html/2012-05-26_Ab.Chazal-FSSPX_WAR-ON_FR.h…
_________________
http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Juin - 18:54 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pèlerin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2011
Messages: 4 414
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Mer 6 Juin - 09:20 (2012)    Sujet du message: C'est la guerre ! (l'Abbé Chazal de la FSSPX) Répondre en citant

Un extrait de la 2ème partie :(les passages en gras ou en couleur)

L’ESPOIR : Car en ces heures sombres, au lieu d’un faux retour, n’est-ce pas un retour intégral de Rome à la Rome éternelle que nous recherchons ? Le livre de l’Apocalypse met en garde contre la tromperie de l’ange de l’Église de Sarde, qui a la réputation d’être vivant, mais qui, en réalité, est mort (les Perses ont pris Sarde par tromperie) (Apoc. III, 1), contre le caractère trompeur du cheval pâle (ni entièrement noir, ni entièrement blanc ; dont le cavalier a pour nom la mort, parce que le mélange de vérité et d’erreur tue plus d’âmes que les hérésies flagrantes du cheval noir et les persécutions violentes du cheval rouge (Apoc. VI, 8)), de même que contre les criquets dévoreurs qui ont l’apparence de la Charité (Apoc. IX, 7).

Notre Dame est toute blanche, n’a pas de gris en elle et apprécie l’allure d’une armée rangée en ordre de bataille. Elle n’a promis ni un Pape qui consacrerait à moitié la Russie (car cela ne convertirait la Russie qu’à moitié), ni – moins encore – un Pape qui déformerait son message. Elle a promis un Pape qui ferait exactement ce qu’elle demande. Ce grand Pape est annoncé également dans la prophétie de saint Malachie, ainsi que dans d’autres prophéties.

Comment pourrait-il en aller autrement, puisque la blancheur de l’habit pontifical signifie la pureté de la doctrine professée par celui qui le porte et la sainteté des actions qu’il accomplit en tant que chef de l’unique société capable de sauver l’espèce humaine ? Notre espoir est que l’Église redevienne l’arche du salut, devienne capable d’engendrer des enfants pour le Ciel. Telle est sa mission, et en cela réside sa Charité.

LA CHARITÉ : Dans les circonstances du moment, tout accord avec la Rome actuelle est un déni de la MISSION de la Fraternité, qui a été conçue précisément pour ARRACHER les âmes aux griffes des loups vêtus en papes, en cardinaux, en évêques et en prêtres dans le monde entier, tant que l’église officielle faillira à sa mission. Pour échapper aux crocs du loup, il ne faut surtout pas se jeter dans sa gueule, il faut se maintenir entièrement hors de sa portée.

En outre, comme beaucoup de prêtres de la FSSPX ne sont pas d’accord avec le virage à 180° qui est envisagé, tout cela va finir en une effroyable cassure. Nous allons ressembler à une secte, dont « un parti » luttera contre « l’autre parti », faisant ainsi la fortune des hommes de loi qui auront à déterminer lequel des deux devra conserver tel ou tel bien matériel de la Fraternité.

Cette cruelle lutte interne découragera beaucoup de nos fidèles, qui ne disposent pas des informations nécessaires pour savoir auquel de ces deux partis ils auront à faire ; de plus, elle fera fuir ceux qui s’apprêtaient à entrer dans la Tradition ou à la réintégrer.

C’est pourquoi je ne puis comprendre la phrase terrible « Nous ne pouvons écarter l’éventualité d’une division ». Au contraire, il suffit de réaffirmer notre position doctrinale et une évaluation de la Rome conciliaire fondée sur les faits pour assurer l’unité entre nous. La vérité ne peut que rassembler, et si la FSSPX maîtrise cette tempête, elle deviendra longtemps encore impossible à diviser.

N’est-ce pas justement une division que la Rome cruelle d’aujourd’hui cherche à nous infliger ? Les sédévacantistes ne se réjouissent-ils pas à nous observer ? Le suicide est un péché contre la Charité ; nous n’avons pas le droit de tuer une institution entière, et c’est ce problème qui devra être l’unique préoccupation du prochain Chapitre.


sur : http://catholicapedia.net/pages_html/2012-05-26_Ab.Chazal-FSSPX_WAR-ON_FR.h…
_________________
http://garabandalvoiedusalut.unblog.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sereno
Ecrivain de Garabandal

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2011
Messages: 1 103
Masculin

MessagePosté le: Mer 6 Juin - 09:52 (2012)    Sujet du message: C'est la guerre ! (l'Abbé Chazal de la FSSPX) Répondre en citant

Ou comme le dit le proverbe :

"Rien ne ressemble plus à la Vérité qu'un mensonge"

Il est bon de se le rappeler de temps à autres....
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:42 (2018)    Sujet du message: C'est la guerre ! (l'Abbé Chazal de la FSSPX)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GARABANDAL, la Voie du Salut Index du Forum -> ACTUALITE -> EGLISE et CONTRE-EGLISE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com